Vivre “on the Edge”

Sara Baack

“L’ère du digital Nécessite une Nouvelle Stratégie d’Interconnexion”

En janvier, j’ai eu l’opportunité exceptionnelle de vivre “on the Edge” et d’arriver sur scène en tyrolienne devant 900 collègues. Quelle arrivée ! C’est ainsi qu’ont débuté nos traditionnelles singeries lors de notre Conference Equinix Connect pluriannuelle où j’ai joué des scènes tirées du Parrain, me suis habillée comme Annie Oakley et où l’on m’a poussé dans l’auditorium attachée à un énorme baril.

Mais cette année, ma descente en tyrolienne avait un sens commercial particulier. Ma véritable intention était de mettre l’accent sur vivre “on the edge” car ce concept est une métaphore parfaite pour ce que les entreprises vivent en ce moment, au sens figuré et physique. Elles sont “on the edge”, à la frontière, car notre monde est devenu digital et qu’il change presque tous les aspects de notre façon de commercer. Beaucoup d’entreprises sont obligées d’entreprendre une métamorphose complète de leur informatique simplement pour survivre et certaines ne s’en sortent pas. Le PDG d’Accenture, Pierre Nanterme, suggère que la révolution commerciale issue de la révolution digitale est la raison principale pour laquelle plus de la moitié des entreprises de Fortune 500 ont disparu depuis l’année 2000.

La révolution digitale apporte de nouvelles opportunités à la frontière digitale.

Alors que la révolution digitale peut être perçue comme une menace, nous voyons les entreprises avant-gardiste adoptant une transformation digitale comme une opportunité et les créateurs d’une frontière digitale – Une frontière physique distribuée pour leurs infrastructures informatiques. C’est une priorité car si les entreprises ne s’adaptent pas –rapidement – elle vont commencer à rencontrer des difficultés à cause des performance moindres des applications, de l’augmentation des coûts des bandes passantes, des risques de sécurité et d’un manque d’agilité.

Les tendances technologiques tel que le cloud, l’Internet des Objets et le Big data semblaient être des mots à la mode hier mais ils sont pourtant bien présents aujourd’hui. Et les entreprises ne peuvent pas pleinement en profiter si elles ne sont pas capables de générer et fournir des information et des renseignements concernant “N’importe quoi”, à “N’importe qui”, “N’importe où”. Mais vous ne pouvez pas mettre en œuvre ces “3N” avec une infrastructure informatique compartimentée, centralisée et croulant sous les faiblesses du réseau, une expérience utilisateur médiocre et en étant privée d’un contact direct avec les partenaires, les utilisateurs et les clients. Ce qui n’est pas envisageable dans l’économie digital en temps réel et dispersée autour du monde que nous connaissons.

Ce qui fonctionne d’après ce que nous observons est une infrastructure distribuée à la frontière qui tire profit de l’interconnexion pour la performance et l’agilité. Pour les leaders du secteur informatique, construire une architecture à la frontière signifie déployer des éléments essentiels de leur infrastructure à la frontière des limites traditionnelles de leur réseau et de les interconnecter physiquement avec plusieurs réseaux, clouds et partenaires commerciaux d’un datacentre Equinix International Business Exchange™ (IBX™).

C’est là que le monde virtuel et le monde physique se rencontrent. Là où les utilisateurs, les clients et les données interagissent avec les écosystèmes digitaux. Où les échanges se font et où la valeur est créée. Les clients Equinix issus de diverses industries – de la vente à la production – ont restructuré leurs infrastructures en exploitant l’interconnexion, récemment caractérisée par Gartner comme “la Glue” du secteur digital. En considérant l’interconnexion en tant que principe de conception primaire dans l’informatique plutôt que secondaire, les entreprises avant-gardistes profitent d’avantages considérables comme une collaboration en entreprise et une productivité accrues, une innovation plus rapide, la capacité d’accéder à un aperçu plus clair des clients ainsi que la production de données en temps réel. Et, ils considèrent généralement une réduction positive du coût des réseaux pour se lancer.

Un tout nouveau monde s’ouvre aux clients lorsqu’ils pensent d’abord interconnection et exploitent la puissance d’une plateforme d’interconnexion qui s’étend sur 41 marchés mondiaux et héberge une variété d’écosystèmes d’affaires dynamiques. Ils voient que ce type d’interconnexion est la clé pour se rapprocher de la frontière digitale et y réussir.

Atteindre la frontière numérique

Pour accélérer la voie vers la frontière digitale, Equinix a développé une stratégie pour une Architecture Orientée Interconnexion (IOA™), un modèle de participation renouvelable qui a fait ses preuves et qui aide les entreprises à commercer à la frontière digitale. Nous avons aussi créé le Manuel IOA  – Un guide de conception faisant passer votre stratégie IOA de concept à réalité grâce à des plans techniques tangibles et précis dont une structure informatique a besoin pour déployer son informatique à la frontière. Et nous venons tout juste de publier le Guide de Stratégie Interconnexion, un document moins technique cherchant à aider les entreprises à comprendre, mettre en œuvre et exploiter au maximum une stratégie IOA.

Nous nous tenons tous au bord du précipice de quelque chose de transformationnel et le temps est venu pour nous de commencer à vivre “on the edge”. Oui, cela peut être effrayant. De nos jours, vous pouvez quelquefois avoir l’impression de vous trouver au bord d’une falaise. Mais d’après moi c’est que vous êtes probablement au bon endroit.

Sara Baack
Sara Baack Chief Product Officer at Equinix