5 prévisions informatiques pour le secteur numérique en 2019

Romain Simon

Bien que la transformation numérique ait la capacité d’accélérer considérablement le rendement à long terme des entreprises, le fait est que nous sommes au beau milieu des années ingrates du numérique. Et même si le numérique regorge à priori de nouvelles possibilités, la plupart des entreprises subissent actuellement les difficultés croissantes inhérentes à la complexité des systèmes informatiques hybrides.

Les entreprises d’aujourd’hui se voient proposer des technologies numériques devant être intégrées de façon transparente à leurs infrastructures informatiques existantes, afin d’optimiser leurs processus métier, leur flexibilité et leur évolutivité. Ces dernières s’attendent à ce qu’un nombre croissant d’appareils connectés en périphérie du réseau génèrent des masses de données ayant pour effet d’élargir le champ des menaces qui pèsent sur leurs activités, tandis que les exigences en matière de sécurité des données et de conformité se multiplient.

Chez Equinix, nous portons un regard unique sur cette dynamique et sur ce que l’avenir nous réserve. Cela fait maintenant plus de 20 ans que nous écoutons les défis et les rêves de nos clients en matière de numérique, et que innovons pour les relever et les concrétiser. Grâce à cette expérience, nous occupons aujourd’hui une place centrale dans la transition numérique de près de 10 000 clients à travers le monde, alors que les entreprises et les fournisseurs de services exploitent la puissance de nos écosystèmes métier et informatiques et conçoivent leurs infrastructures numériques sur notre plateforme d’interconnexions mondiale.

Nous travaillons avec nos clients du monde entier pour créer le datacentre du futur, qui ouvrira la voie à l’interconnexion et l’innovation nouvelle génération, dont les services d’infrastructure émergents propres à la sécurité, aux données et aux applications. Et à l’approche d’une autre année de transformations numériques cruciales et de grandes décisions informatiques pour les alimenter, nous examinons de plus près les technologies qui seront les plus influentes sur le marché numérique en 2019.

Prévision n° 1 : Ouvrir la voie aux promesses de la 5G
Les réseaux sans fil haut débit de demain accéléreront la transformation réseau d’aujourd’hui

Presque tous les secteurs d’activité sont aptes à bénéficier des possibilités infinies de la 5G, la prochaine mouture des architectures de réseaux sans fil. La 5G ne se limite pas à des connexions de données plus rapides et de meilleures expériences en ligne, elle vise à redéfinir ce qui est possible. Les projets futuristes de villes intelligentes, de voitures sans conducteur et de chirurgies robotisées à distance semblent soudain à portée de main.

Le cabinet McKinsey ne prévoit pas de déploiement de la 5G à grande échelle avant début 2020. Les entreprises doivent d’abord procéder aux transformations réseau qu’exige cette technologie,[i] comme par exemple mettre en place, à la périphérie du réseau, des infrastructures capables de tirer pleinement parti des débits offerts par la 5G – de l’ordre de ceux de la fibre optique – et de gérer les applications sensibles à la latence de manière cohérente et fiable. Les réseaux mobiles existants quant à eux devront être repensés et reconstruits au cours de cette phase.

Nous nous attendons à ce que nos clients investissent davantage dans la 5G en 2019 pour reconvertir leurs infrastructures cellulaires existantes et se doter de nouvelles architectures edge computing dédiées à l’hébergement des réseaux 5G, dont les réseaux d’accès radio en mode cloud. Optimiser les performances et les coûts sera donc un passage obligé pour préparer le terrain à la 5G. D’ailleurs, les opérateurs réseau commencent déjà à tirer parti de matériel réseau courant décomposé et open source ainsi que de piles de réseaux sans fil virtuels.

 

Prévision n° 2 : Surfer sur l’essor des architectures d’intelligence artificielle distribuées

Les architectures d’intelligence artificielle (IA) de nouvelle génération sortiront du schéma centralisé

L’IA continuera de s’immiscer dans nos vies professionnelle et personnelle, stimulant ainsi la productivité de façon inédite. Selon une étude de PwC, l’IA devrait faire bondir le PIB mondial de 14 % d’ici 2030 pour atteindre 15,7 billions de dollars.[ii]

Au fur et à mesure que de plus en plus de données sont générées, traitées et analysées à la frontière du réseau, on s’attend à ce que les architectures d’IA soient directement impactées. Le développement de modèles d’IA et les prédictions qui en découlent ne se bornent plus au schéma centralisé traditionnel. En 2019, davantage d’applications d’IA distribuées et fédérées devraient voir le jour localement, à la périphérie du réseau, là où sont produites d’énormes quantités de données.

Les entreprises devront avoir accès à davantage de données externes pour affiner les prévisions de leurs modèles d’IA, ce qui les amènera à acheter et vendre des données au sein de marchés de données plus sûrs. Celles-ci éviteront également de s’attacher les services d’un cloud unique, en tirant parti des innovations en matière d’IA auprès de nombreux clouds publics. Au final, les entreprises qui utiliseront les nouvelles architectures d’IA devront passer au modèle distribué à plusieurs datacentres.

Prévision n° 3 : « Débloquer » la chaîne
Un « réseau de réseaux » fera mûrir la blockchain pour sécuriser et monétiser davantage les activités

 Comme nous l’avions prédit l’an dernier, les réseaux blockchain privés ont fait des progrès significatifs en 2018, les entreprises commençant à tirer parti de leurs avantages en matière de rapidité, de coût et de sécurité. Suite à la multiplication des violations de données, cette approche novatrice visant à vérifier les identités et à protéger la vie privée des utilisateurs fait figure de petite révolution, en particulier dans le secteur des services financiers.

De plus en plus d’acteurs du cloud, de sociétés de conseil et d’entreprises majeures vont de l’avant et recourent ainsi à la blockchain pour résoudre des problèmes métier concrets. D’ici 2022, IDC prévoit que les investissements en matière de technologie blockchain atteindront 11,7 milliards de dollars.[iii]

En 2019, nous pensons que davantage d’entreprises se joindront à divers réseaux blockchain, en particulier dans les secteurs de la logistique, de la finance, des soins de santé ainsi que dans le secteur public. Cette convergence aboutira à la création d’un « réseau de réseaux » qui offrira de nouvelles possibilités d’affaires tant aux chefs d’entreprise qu’aux responsables informatiques. Ces derniers chercheront par divers moyen à tirer parti des réseaux blockchain lorsque l’efficacité de leurs applications vitales et la mise à jour en temps réel des transactions se révèleront indispensables. Ils devront en outre intégrer de multiples réseaux blockchain à leurs applications existantes, généralisant ainsi davantage les passerelles blockchain au cours de 2019.

Prévision n° 4 : Naviguer dans le labyrinthe de la confidentialité des données

L’évolution des lois sur la protection des données et les préoccupations accrues en matière de confidentialité favoriseront la mise en place de processus de sécurité plus évolutifs et plus distribués

Le passage au cloud computing, qui touche les entreprises du monde entier, conduit à examiner de plus près les pratiques en matière de protection et de souveraineté des données, aussi bien des clients que des entreprises. Depuis que le Règlement général sur la protection des données (RGPD) a introduit cette année des restrictions importantes en matière de confidentialité des données, de nombreux organismes publics d’autres pays ont suivi l’exemple de l’Europe en élaborant des réglementations plus strictes en la matière. À l’heure actuelle, de plus en plus d’entreprises et de fournisseurs SaaS déploient des mini-clouds dans diverses régions pour garantir l’application des réglementations relatives à la résidence et à la conformité des données locales. Dans le même temps, ces acteurs auront besoin d’architectures de gestion de données distribuées prenant en charge le réseau et les structures de données, à l’échelle mondiale, afin de gérer ces environnements cloud distribués de manière cohérente et de les intégrer aux infrastructures informatiques existantes.

Pour endiguer les atteintes à la confidentialité des données et garder le contrôle de ces dernières, on prévoit qu’en 2019 les entreprises se tourneront vers de nouvelles techniques de gestion des données telles que le chiffrement homomorphe, qui permet d’effectuer des opérations informatiques sur des données chiffrées sans accéder aux clés de sécurité.

Par ailleurs, de nouvelles approches permettant aux consommateurs de placer des algorithmes (d’analyses financières, de risque et de sécurité) là où se trouvent les données des fournisseurs (datacentres d’hébergement d’infrastructures privés ou neutres) et de les appliquer aux données sans les déchiffrer, feront également leur apparition sur le marché en 2019. Cette année, nous avons lancé une technologie de virtualisation basée sur un module matériel de sécurité (HSM) nommé Equinix SmartKey™. Il s’agit d’un service Equinix HSM-as-a-service indépendant vis-à-vis du cloud qui sépare les clés de chiffrement des données stockées sur site ou dans le cloud, empêchant ainsi les fournisseurs de services ou les utilisateurs mal intentionnés d’accéder aux données des entreprises. Equinix SmartKey joue un rôle essentiel pour sécuriser l’accès aux données sur les infrastructures hybrides et multicloud.

Prévision n° 5 : Tirer parti de l’interconnexion pour maîtriser la complexité du cloud
Les environnements multicloud hybrides augmenteront la pertinence de l’interconnexion

Les fournisseurs de services cloud privés s’inspirent de certaines pages du manuel du cloud public. Ils s’efforcent ainsi de faciliter le déploiement et la gestion du cloud tout en rendant la mise en œuvre de ces solutions, dans des emplacements tiers, plus avantageuse pour les entreprises. Dans le même temps, la maturation des technologies de virtualisation et de conteneurisation, ainsi que l’uniformisation des formats de conteneurs (par ex. Docker) et de la technologie d’orchestration (par ex. Kubernetes), confirment la position des environnements hybrides et multicloud en tant qu’architecture de choix des entreprises.

Selon RightScale, plus de 80 % des entreprises exploitent des environnements multicloud avec jusqu’à cinq plateformes cloud différentes.[iv] Pour maintenir leur flexibilité et choisir les clouds les plus adaptés à leurs différents besoins, les entreprises évitent de plus en plus de recourir à un fournisseur de services cloud unique. Par exemple, elles veulent pouvoir stocker des données privées sur site ou dans des datacentres d’hébergement d’infrastructures neutres tout en accédant à des services ou à des applications informatiques depuis différents clouds publics. En outre, les infrastructures hybrides et multicloud stimulent la demande d’interconnexion privée entre les entreprises et les fournisseurs de services cloud et informatiques. On prévoit ainsi que la bande passante destinée aux interconnexions devrait croître de 98 % par an entre 2017 et 2021, comme le révèle l’Indice d’interconnexion mondial, une étude de marché publiée par Equinix.

Alors que de plus en plus d’entreprises se tournent vers les solutions SaaS, IaaS et PaaS auprès de nombreux fournisseurs de services cloud, leurs architectures cloud se complexifient inexorablement. Cette complexité accrue s’accompagne de plus grandes préoccupations concernant la sécurité, l’intégration et la gestion des architectures hybrides et multicloud, en particulier à la frontière du réseau. C’est pourquoi nous n’avons cessé de perfectionner notre solution d’interconnexion nommée Equinix Cloud Exchange Fabric™(ECX Fabric™), afin de résoudre les difficultés de nos clients en matière de complexité cloud. La structure ECX Fabric apporte aux entreprises et aux fournisseurs de services l’évolutivité, la flexibilité et la connectivité dont ils ont besoin, sur un portail ou une API libre-service. Via un seul port physique, ils peuvent ainsi connecter de manière directe, dynamique et sécurisée des infrastructures distribuées et des écosystèmes numériques sur Platform Equinix™, via une interconnexion définie par logiciel à l’échelle mondiale. La structure ECX Fabric permet également d’accéder à distance à différentes plateformes cloud dans de nombreuses zones métropolitaines.

Vers un avenir plus interconnecté

Les progrès rapides de la technologie continueront de rendre les activités numériques plus rapides, efficaces, sûres, intelligentes et évolutives. Mais sans les infrastructures informatiques appropriées, capables d’exploiter l’interconnexion en vue de simplifier la complexité et d’intégrer les technologies numériques dès le départ, les entreprises ne pourront pas tirer pleinement parti de leurs avantages.

Êtes-vous prêt à miser sur l’innovation et l’interconnexion nouvelle génération pour préparer votre infrastructure informatique au digital et réussir en tant qu’entreprise numérique ? Pour en savoir plus sur la façon dont votre entreprise peut exploiter l’interconnexion privée et bénéficier d’une couverture mondiale, d’une interconnexion globale et d’une intégration totale, consultez notre document d’orientation Platform Equinix. Pensez également à consulter régulièrement cette section blog, dans laquelle nous analyseront chacune de ces prévisions en détail pour vous aider à sortir des années ingrates du numérique et réussir en 2019 !

 

[i]McKinsey, Are You Ready for 5G?, February, 2018.

[ii]PwC, AI to drive GDP gains of $15.7 trillion with productivity, personalisation improvements, June 27, 2017.

[iii]Blockchain: Worldwide Technology Market Update and Spending Outlook, September 2018, Doc #US44268418, IDC.

[iv]RightScale, RightScale 2018 State of the Cloud Report.

Romain Simon
Romain Simon Social Media Marketing Manager, EMEA